Le Togo

C’est un petit pays d’Afrique de l’Ouest, situé à l’est du Bénin et à l’ouest du Ghana.  Le Togo est l’un des plus petits États africains avec 55600 km², s’étirant sur 600 km du nord au sud avec une largeur n’excédant pas 100 km. Cette faible superficie n’empêche pas le Togo d’être reconnu pour la grande diversité de ses paysages (une côte de sable fin bordée de cocotiers au sud, des collines, des vallées verdoyantes et des petites montagnes dans le centre du pays, des plaines arides et de grandes savanes plantées de baobabs au nord).

La population est estimée en 2010 en 6 millions d’habitants. Celle-ci est composée d’une quarantaine d’ethnies dont deux plus importantes : les Kabyè au nord et les Ewé au sud ; les habitants d’Akoumapé sont ewés.

Politiquement, le pays est une ex-colonie allemande puis a été française de 1914 à 1960, année où le Togo acquiert son indépendance. Mais l’influence française est restée très forte puisque la langue officielle est le français et la représentation institutionnelle française est bien représentée (ambassade, consulat, lycée français, centre culturel français etc.).

Le pays a été dirigé pendant 38 ans par le même président, remplacé, suite à son décès en 2005, par son fils. Il a légitimé son pouvoir par sa réélection en mars 2010, réélection contestée par l’opposition politique Togolaise.

La coopération financière avec l’Union Européenne avait été interrompue depuis 1993 à cause du manque de démocratie, et n’a été rétablie que dernièrement. Le pays est donc un vaste chantier à tous les niveaux (santé, éducation, infrastructures, économie etc.).

Toutefois ce pays francophone n’a pas hésité à libéraliser le marché des télécommunications dès 1996, si bien que le domaine des technologies de l’information et des communications y est en plein essor. Cependant le développement des zones rurales reste très limité comparé à celui des villes. En effet, elles subissent un réel handicap du fait de leur manque d’électrification et de différents problèmes. En 2003, seuls 12,5 % des ménages ruraux avaient accès à l’électricité, alors que ce taux était de 78 % en milieu urbain.

Le taux d’alphabétisation du pays est de 58.4% et l’indicateur du développement humain, décroissant de 1 à 0 (classement mondial selon l’IDH) est de 0,495 (soit 147ème sur 177).

Akoumapé

Le village d’Akoumapé compte 18 000 habitants et est situé sur un axe routier qui va à l’est du Togo (46 km de Lomé). On y trouve un dispensaire, des écoles, récemment une gendarmerie, un marché qui s’anime tous les mercredis…

Ce village a l’électricité depuis cinq ans, ce qui fait la joie de la population. Malgré les efforts consentis, Akoumapé reste un village africain qui manque cruellement d’infrastructures de base. L’accès à l’eau potable est très limité, les ménages utilisent plutôt l’eau des puits.

Malgré tout, les habitants d’Akoumapé sont réputés joyeux et accueillants, ce qui nous stimule tout autant.

Le village est géré par quatre chefs, chacun se réclamant descendant du premier chef fondateur d’Akoumapé. Cela prend parfois beaucoup de temps pour prendre des décisions, car il faut l’approbation des quatre chefs. Néanmoins, ils travaillent en toute intelligence pour gérer les affaires courantes. Les chefs sont garants des us et coutumes.

Bien entendu, à notre arrivée à Akoumapé, notre première démarche consistera à se faire introduire par les membres du Comité Villageois de Développement (CVD) auprès des quatre chefs, afin  d’obtenir la bénédiction de chacun. C’est une démarche obligatoire pour toute personne étrangère  séjournant dans le village.

Qui sommes-nous?

Certains sont français, d’autres togolais, chinois, grecs, allemands, bulgares, ou encore portugais. Certains sont étudiants à Paris VIII (en sciences de l’éducation, info-com, histoire, anthropologie, cinéma ou psychologie), d’autres ne le sont plus. Nous sommes quinze. Notre point commun ? Nous sommes tous animés par le besoin s’ouvrir aux autres et de se confronter aux croisements des cultures !

L’association

Pour répondre à ce besoin, nous nous sommes investis dans le CIVD, une association interculturelle de l’Université Paris VIII à St-Denis. Le CIVD est né en 1984 à la suite d’un festival interculturel organisé à Paris VIII. Depuis, il a développé des activités diverses : festivals annuels (théâtre, concerts, cuisines du monde, expositions photo & vidéo, conférences-débats…), projets d’échanges culturels nationaux et internationaux, appui aux initiatives étudiantes, publications…

Pour plus d’informations sur le CIVD et ses activités, cliquez ici.

Notre projet

Cette année, nous avons décidé de mettre en œuvre un projet culturel et solidaire à Akoumapé, un village togolais. Nous l’avons intitulé « Cultures Gododo », « Gododo » qui signifie « rencontre » en éwé. Là est le cœur de notre projet : une rencontre culturelle et humaine entre les membres de notre association et les habitants du village d’Akoumapé.

Akoumapé est un village d’environ 18 000 habitants, situé à une soixantaine de kilomètres de Lomé, la capitale du Togo. Sur le plan éducatif, le village compte cinq écoles primaires, deux collèges, un lycée public et un autre privé. Pour soutenir l’effort éducatif mais aussi développer un partenariat durable avec les habitants, des étudiants de Paris VIII se sont déjà rendus à Akoumapé en 2008 et 2010. Au cours de ces deux séjours, ils y ont d’abord installé une bibliothèque pour tous puis une salle informatique au lycée public.

Notre projet s’effectue dans la continuité des précédentes actions. Il s’articule autour de trois principales activités :

     1. Renouvellement du fond bibliothécaire. La bibliothèque d’Akoumapé compte actuellement 2 000 ouvrages. Les élèves et le Comité Villageois de Développement (CVD) local sont en demande de nouveaux livres. Nous comptons collecter 1 000 ouvrages parmi lesquels des manuels scolaires, des imagiers, des romans, des dictionnaires, des classiques de la littérature et des bandes dessinées. Nous prévoyons également de nous procurer dans les librairies au Togo des ouvrages de littérature africaine en vue de diversifier le choix de lecture.

     2. Création d’une plateforme informatique. Une salle informatique de 12 ordinateurs a été partiellement installée par la précédente équipe. Cette fois-ci, nous comptons dans un premier temps achever la mise en place de cette salle et réaliser l’installation d’un réseau internet. Dans un deuxième temps, nous allons former élèves et enseignants à l’usage de l’outil informatique. Ce travail de formation  permettra, nous l’espérons, de contribuer à leur autonomie après notre départ. Cela fait cinq ans maintenant que le lycée d’Akoumapé est doté d’électricité. Un facilitateur significatif dans la mise en œuvre de notre projet ! Ce blog nous permettra de maintenir le contact avec nos amis togolais.

     3. Animations et échanges culturels. Ce volet de notre projet se fera à travers des ateliers artistiques et pédagogiques, moments privilégiés pour échanger avec les jeunes et moins jeunes du village. Ces activités tourneront autour du sport, la lecture de contes, les jeux d’échecs, le théâtre, la danse, la musique, la réalisation d’un journal et de romans photographiques. Nous allons également apporter un vidéoprojecteur pour donner l’occasion aux habitants d’Akoumapé de voir et d’apprécier des œuvres cinématographiques africaines et internationales.

Notre objectif

L’idée du projet est de participer à un échange entre deux mondes qui se connaissent peu, par le biais de la culture, les activités et le vivre ensemble. Pour cela, nous souhaitons apporter (à travers nos différentes activités culturelles et pédagogiques et les biens matériels) mais aussi recevoir, en partageant des moments de vie avec les habitants d’Akoumapé et en apprenant leurs us et coutumes. Car l’échange ne peut se faire à sens unique. L’échange se doit d’être durable et enrichissant des deux côtés.

Notre projet n’est pas prétentieux. Il ne résoudra pas tous les problèmes des habitants d’Akoumapé, tant leurs besoins sont nombreux: besoins d’accès à l’eau potable, aux soins, à la nourriture, à l’éducation, à la stabilité politique et économique,… Mais nous espérons, à travers notre petite action à notre modeste niveau, contribuer à la compréhension et à l’égalité entre les individus, groupes et peuples, en instaurant une relation amicale, durable et interculturelle.

A notre retour, à travers des expos photo, des projections-vidéo et des rencontres-débats, nous souhaitons prolonger la réflexion sur la problématique Nord-Sud. Grâce à nos témoignages, nous voulons donner aux autres jeunes l’envie de poursuivre notre projet afin de ne pas rompre les liens créés à Akoumapé. Plus globalement, nous voulons transmettre aux gens l’envie de s’engager dans des aventures de solidarité, en ce 21ème siècle en crise de lien social. Pour que toutes les petites initiatives dans chaque coin du monde se connaissent, se croisent et soient reconnues. N’oublions pas qu’une tendance peut devenir une force !

Le blog

Nous souhaitons à travers ce blog pérenniser notre projet et créer une plateforme durable pour maintenir un lien direct avec Akoumapé une fois le séjour terminé. Par ailleurs, nous souhaitons partager notre expérience et rassasier la curiosité de certains à travers notre carnet de bord, photos et vidéos. Pour que chaque personne qui le désire puisse prendre part au projet, en participant à sa manière.

La diversité humaine est le plus beau trésor de l’humanité.

Nos partenaires

  • L’AMAP

L’Amitié des Peuples du monde est une ONG située à Paris et qui travaille étroitement avec le CIVD. L’AMAP nous a toujours soutenus dans la réalisation de nos projets. Composée de professeurs en activité ou à la retraite, mais aussi d’anciens étudiants de Paris 8 ou correspondants à l’étranger, l’AMAP nous apporte de précieux conseils dans la mise en œuvre de nos projets. Cette association met à notre disposition son réseau de membres d’envergure internationale dans le but de rendre compte de la diversité culturelle et de favoriser des échanges entre des mondes qui s’ignorent.

Découvrez leurs activités sur leur site web: http://amitie-peuples.net/

  • Croix-Rouge Française

La Croix-Rouge nous a offert plus de 600 ouvrages pour renouveler le fond bibliothécaire d’Akoumapé: manuels scolaires, dictionnaires, classiques de la littérature, bandes dessinées…

  • FSDIE de l’Université Paris 8

Le Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE) de Paris 8 nous soutient financièrement dans la réalisation de nos différents projets.

  • Etudiants & Développement

Etudiants & Développement rassemble des associations d’étudiants œuvrant pour la solidarité internationale, tant à travers des projets au Sud qu’à travers des actions d’éducation au développement. Cette fédération d’associations est à la fois un centre de ressources et de conseils pour consolider les projets de solidarité, mais aussi un espace de rencontre et de réflexion entre associations du Nord et du Sud. Un échange riche qui facilite la construction du « nous » en tant qu’association mais aussi en tant qu’individu !

  • Le Comité Villageois de Développement d’Akoumapé

Le Comité Villageois de Développement (CVD) est l’organe représentatif de toutes les organisations présentes dans le village et dont les membres sont élus par l’Assemblée Générale Villageoise d’Akoumapé. Celui-ci travaille en étroite collaboration avec les Chefs du village et œuvre pour le développement et l’initiative locale. Les membres du CVD sont nos premiers interlocuteurs d’Akoumapé.