Le Togo

C’est un petit pays d’Afrique de l’Ouest, situé à l’est du Bénin et à l’ouest du Ghana.  Le Togo est l’un des plus petits États africains avec 55600 km², s’étirant sur 600 km du nord au sud avec une largeur n’excédant pas 100 km. Cette faible superficie n’empêche pas le Togo d’être reconnu pour la grande diversité de ses paysages (une côte de sable fin bordée de cocotiers au sud, des collines, des vallées verdoyantes et des petites montagnes dans le centre du pays, des plaines arides et de grandes savanes plantées de baobabs au nord).

La population est estimée en 2010 en 6 millions d’habitants. Celle-ci est composée d’une quarantaine d’ethnies dont deux plus importantes : les Kabyè au nord et les Ewé au sud ; les habitants d’Akoumapé sont ewés.

Politiquement, le pays est une ex-colonie allemande puis a été française de 1914 à 1960, année où le Togo acquiert son indépendance. Mais l’influence française est restée très forte puisque la langue officielle est le français et la représentation institutionnelle française est bien représentée (ambassade, consulat, lycée français, centre culturel français etc.).

Le pays a été dirigé pendant 38 ans par le même président, remplacé, suite à son décès en 2005, par son fils. Il a légitimé son pouvoir par sa réélection en mars 2010, réélection contestée par l’opposition politique Togolaise.

La coopération financière avec l’Union Européenne avait été interrompue depuis 1993 à cause du manque de démocratie, et n’a été rétablie que dernièrement. Le pays est donc un vaste chantier à tous les niveaux (santé, éducation, infrastructures, économie etc.).

Toutefois ce pays francophone n’a pas hésité à libéraliser le marché des télécommunications dès 1996, si bien que le domaine des technologies de l’information et des communications y est en plein essor. Cependant le développement des zones rurales reste très limité comparé à celui des villes. En effet, elles subissent un réel handicap du fait de leur manque d’électrification et de différents problèmes. En 2003, seuls 12,5 % des ménages ruraux avaient accès à l’électricité, alors que ce taux était de 78 % en milieu urbain.

Le taux d’alphabétisation du pays est de 58.4% et l’indicateur du développement humain, décroissant de 1 à 0 (classement mondial selon l’IDH) est de 0,495 (soit 147ème sur 177).

Publicités

Akoumapé

Le village d’Akoumapé compte 18 000 habitants et est situé sur un axe routier qui va à l’est du Togo (46 km de Lomé). On y trouve un dispensaire, des écoles, récemment une gendarmerie, un marché qui s’anime tous les mercredis…

Ce village a l’électricité depuis cinq ans, ce qui fait la joie de la population. Malgré les efforts consentis, Akoumapé reste un village africain qui manque cruellement d’infrastructures de base. L’accès à l’eau potable est très limité, les ménages utilisent plutôt l’eau des puits.

Malgré tout, les habitants d’Akoumapé sont réputés joyeux et accueillants, ce qui nous stimule tout autant.

Le village est géré par quatre chefs, chacun se réclamant descendant du premier chef fondateur d’Akoumapé. Cela prend parfois beaucoup de temps pour prendre des décisions, car il faut l’approbation des quatre chefs. Néanmoins, ils travaillent en toute intelligence pour gérer les affaires courantes. Les chefs sont garants des us et coutumes.

Bien entendu, à notre arrivée à Akoumapé, notre première démarche consistera à se faire introduire par les membres du Comité Villageois de Développement (CVD) auprès des quatre chefs, afin  d’obtenir la bénédiction de chacun. C’est une démarche obligatoire pour toute personne étrangère  séjournant dans le village.